Archives du mots-clés: banques canadiennes

Parlons de parts de marché

les banques

Je suis tombé sur le blogue de Thomas Cottendin du site lesaffaires.com et j’ai bien apprécié qu’il publie les résultats compilés par JLR Recherche immobilière. Il est difficile de faire le point sur les parts de marché. Qui est le plus gros prêteur? Qui est en mode croissance? Etc.

Les grandes lignes sont que les « petits » prêteurs sont en progression. Lire ici par petit prêteur qu’il s’agit plutôt de Banque Manuvie, First National, MCAP, et plusieurs autres plutôt que le « shylock » du coin de la rue!

Malgré la progression des « petits » prêteurs, nettement due à la présence des courtiers hypothécaires, les 6 grandes banques canadiennes plus Desjardins représentent un peu plus de 80% des prêts émis. Au Québec, la Banque Nationale et Desjardins possèdent près de 50% du marché. Voilà bien un marché oligopolistique.

Dans tous les cas, c’est ce qu’on appelle contrôler la tarte!

Source: http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/immobilier-les-opetitso-prteurs-hypothcaires-gagnent-du-terrain/566992

Les banquiers se veulent rassurants

banquetd
Depuis le début de l’année, quatre présidents de grandes banques canadiennes ont affirmés que le marché immobilier canadien est solide. La comparaison avec le marché américain d’avant-crise ne tient pas selon eux, surtout parce que les banques d’ici n’ont pas fait d’emprunts à risques comme ce fut le cas aux États-Unis. En outre, le marché hypothécaire serait beaucoup mieux structuré. On se souvient que le système bancaire canadien a été amplement vanté de par le monde par sa solidité dans le passé.

On a beaucoup parlé depuis quelque temps du niveau d’endettement des ménages. Ceux-ci, on se rappelle, ont atteint des sommets (plus de 150% des revenus du ménage). L’explication donnée pour expliquer ces niveaux de passifs serait que la baisse des taux d’intérêt aurait permis aux gens de contracter des emprunts ou des marges de crédit hypothécaires beaucoup plus élevés que la normale.

Il est difficile de blâmer les consommateurs. La baisse des taux d’intérêt a été orchestrée pour permettre aux gens de consommer davantage dans le but de faire rouler l’économie. Voilà la stratégie derrière le crédit facile. On voulait que les gens consomment, ils ont consommé.
En terminant, les prix des maisons devraient poursuivre leur ascension en 2013 selon une étude de Royal Lepage.

Source : http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/jean-philippe-decarie/201301/09/01-4609540-lappel-au-calme-des-banquiers.php