Archives de la catégorie: Trucs et conseils

Pourquoi utiliser les services d’un courtier hypothécaire?

courtier hypothécaire aide

En fait, la première question serait pourquoi ne pas utiliser les services d’un courtier!

D’abord, les services sont gratuits. Il n’y a pas d’attrape, pas de faux-frais, pas de sur-prime, pas de surprise, etc. Le courtier travaille pour son client gratuitement. Ensuite, il est un spécialiste des prêts hypothécaires. Il ne fait rien d’autre que du financement tandis que le conseiller bancaire est plus un généraliste. Voudriez-vous être opérer par un chirurgien ou un généraliste? Et il y a le choix. Le courtier hypothécaire magasine auprès de plusieurs institutions financières selon le besoin de ses clients. Par sa connaissance du marché, il est en mesure de trouver le bon produit qui ira de pair avec la stratégie de remboursement qu’il aura proposé à ses clients.

Au Québec, environ 1 prêt hypothécaire sur 3 est conclu par un courtier. Ce sont de bons chiffres, mais ça pourrait être plus. Une des raison qui explique ce fait est qu’encore aujourd’hui, une grande majorité d’emprunteurs ne magasine pas son hypothèque. Et ce pour toutes sortes de raisons, qui vont du manque de temps au manque de connaissance.

Dans le fonds, faire affaire avec un courtier, c’est de travailler avec quelqu’un dont la job est de nous faire sauver de l’argent, tout en nous faisant sauver du temps. C’est rentable!

Mythes sur la fiscalité immobilière

fiscalité

Yvan Cournoyer, actif entre autre au Club d’investisseurs en immobiliers du Québec, publie un blogue particulièrement intéressant sur le site www.lesafaires.com

Son sujet lors d’un billet récent tournait autour des mythes sur la fiscalité en immobilier.

Je vous conseille fortement cette lecture qui traite sur la durée de possession, de la contre-lettre, de la vente à 1$, des taxes, des impôts et des flips.

Pour tous ceux qui ont de l’intérêt en immobilier.

Source: http://www.lesaffaires.com/blogues/yvan-cournoyer/immobilier–six-mythes-en-matiere-de-fiscalite-immobiliere/578449

Des outils pour la gestion des finances personnelles

budget

Personne n’a vraiment hâte de le faire, et souvent le repousse quitte à vivre sans lui. Non, le mot budget ne fait pas rêver. Mais, ce n’est pas une raison de l’ignorer ou de vivre sans lui.

Un bon budget est comme une boussole qui nous indique si nous allons dans la bonne direction, un peu comme un guide qui permet de garder le contrôle sur nos finances. Les personnes endettées ont pratiquement toutes en commun de ne pas en avoir ou de l’avoir ignoré.

L’Agence de la consommation en matière financière du Canada offre des outils très intéressants et faciles à appliquer.

Il serait peut-être temps que vous le fassiez, ce budget!

Source: http://www.fcac-acfc.gc.ca/Fra/consommateurs/sujets/budgets/Pages/home-accueil.aspx

Comment améliorer sa cote de crédit

equifax

Qu’ont en commun l’apprentissage du Japonais, la construction de maquette avec des cure-dents et les dossiers de crédit? Vous avez probablement deviné, ils sont tous très compliqués!

Il est vraiment ardu de comprendre un dossier Equifax, par exemple. L’Algorithme qui établit la cote utilise des informations envoyés par des prêteurs. Cependant, comme l’information envoyé peut être mauvaise ou partielle, des erreurs se retrouvent régulièrement à l’intérieur d’un dossier de crédit. Et comme personne ne sait vraiment tous les paramètres qui définissent un dossier, on peut voir des choses peu logiques.

Quelques trucs existent néanmoins pour améliorer son score dont les plus importants sont de ne pas dépasser 60% de la limite de nos lignes de crédit et de ne jamais louper un paiement.

Quelques ressources existent dans le domaine, dont le Bureau Canadien du Crédit (BUCC) dont la tâche est d’aider les consommateurs à corriger et à optimiser la cote de crédit.

Ce n’est pas plaisant, mais c’est nécessaire pour qui veut emprunter.

Source: http://www.bucc.ca/ et http://www.lesaffaires.com/mes-finances/consommation/six-facons-d-ameliorer-votre-cote-de-credit/573310/2

 

Une planification financière déficiente chez les moins de 35 ans

cochon brisé

Un sondage réalisé par SOM auprès de répondants âgés entre 25 et 64 ans, en collaboration avec la Régie des rentes du Québec a été rapporté par le Journal de Montréal dernièrement.

Certaines données sont très révélatrices. Par exemple, 85% des 25 à 34 ans n’ont aucun plan de retraite. C’est dire à quel point la retraite peut sembler loin, si loin que beaucoup néglige de le faire, ne veule simplement pas y penser tout de suite ou juge ne pas avoir assez d’argent pour commencer.

Et il est là le point essentiel. Commencer. Trouver le bon professionnel de confiance qui pourra démarrer un processus.

Au final, la fourmi finit toujours mieux que la cigale!

Source: http://www.journaldemontreal.com/2014/10/15/une-planification-financiere-precaire-chez-les-moins-de-35-ans