Archives de la catégorie: Taux d’intérêt

Une augmentation plus rapide que prévue des taux?

fed

Tout laisse croire que la Réserve fédérale américaine haussera son taux directeur plus rapidement que ce qui était anticipé. Rappelons-nous que la Fed avait commencé à ralentir son soutien monétaire, garantissant au marché des obligations de rester stable et bas.

Reste à savoir quand verrons-nous la première hausse.

Source: http://affaires.lapresse.ca/economie/etats-unis/201405/20/01-4768240-la-fed-pourrait-etre-amenee-a-relever-les-taux-plus-vite.php

 

 

 

Lorsque la Fed bougera…

fed

La Réserve fédérale des États-Unis (Fed) continue d’annoncer la réduction de son aide apportée à l’économie par sa politique monétaire. On se rappellera qu’à la première annonce dans ce genre, le marché des obligations avait bondit.

En continuant sur le même message, la Fed prépare le terrain pour son action réelle, qui lorsqu’elle se produira pourrait faire monter les taux d’intérêt assez rapidement, même de ce côté-ci de la frontière.

Verra-t-on bientôt les taux fixes grimpés?

Source: http://affaires.lapresse.ca/economie/etats-unis/201402/19/01-4740469-la-fed-continuera-a-reduire-son-aide-a-pas-mesures.php

Baisse de taux, une histoire printanière

baisse des taux

Un phénomène frappe à chaque année. On en parle beaucoup et on se pose plein de questions. De quoi s’agit-il? De la baisse des taux d’intérêt en hiver pour la période printemps/été.

Rien de nouveau pour l’initié, mais toujours marquant de l’extérieur. Surtout en considérant les efforts du gouvernement fédéral pour diminuer le marché immobilier, et faire augmenter les taux d’intérêt en même temps.

Si on se souvient bien, les taux d’intérêt fixe avaient augmenté au début de l’été 2013, principalement dû au fait que le marché des obligations avait augmenté lui-aussi. La hausse des obligations ne s’est pas perpétué et le marché s’est détendu. Ajoutons à cela, la féroce compétitions que se livre les banques année après année, et on a la recette d’une baisse de taux.

L’expression « Guerre des taux d’intérêt » a circulé dans les médias, mais appelons cela plutôt une concurrence bien banale. Verrait-on l’essence affichée moins cher chez Esso que chez Pétro-Canada pendant des semaines entières au même coin de rue?

Et non! C’est pour ça que les banques baissent, toutes en même temps. À tous les printemps.

Baisse de taux en Europe

bce

On sait à point l’économie est mondialisée et que nous vivons tous la même crise. Il est intéressant de noter la baisse du «taux de prêt marginal»  par la Banque Centrale Européenne sensiblement en même temps que chez nous, la Banque du Canada laisse entendre que son taux directeur ne baissera pas dans un avenir rapproché.

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/07/20002-20131107ARTFIG00634-baisse-surprise-des-taux-de-la-bce.php

Et si les taux ne montaient pas?

11

J’ai lu la chronique de Bernard Mooney il y a quelques jours dans Les Affaires et j’ai été frappé par son réalisme. Tellement que j’emprunte son titre! D’ailleurs, je vous en conseille la lecture. Comme pratiquement tous les experts du milieu, je n’ai cessé d’appréhender une hausse des taux parce que ces taux, si bas et jamais vus dans l’histoire, ne pouvaient êtres qu’un épisode de courte durée. Mais l’économie n’est pas pleinement repartie. Voilà le joker imprévisible.

La Banque du Canada, dans son dernier exercice, a changé le ton de son message. Au lieu de préparer le terrain à une hausse future, elle a plutôt mentionné que sa politique monétaire stimule l’économie de manière efficace. On entend ici qu’une hausse du taux directeur pourrait affecter directement la relance souhaitée.

Des économies avec le taux variable!

J’ai envoyé une statistique plus tôt cette année expliquant que moins de 10% des hypothèques ont été prises à taux variable en 2013. Ces chiffres risquent de changer de beaucoup. Un contexte semblable est fort invitant pour les taux variables. Avec la montée des taux fixes qu’on a connue au début de l’été dernier, l’écart entre les deux types de taux est de pratiquement 1% maintenant. Cette différence est importante et elle peut justifier le fait d’y aller en variable. Si on combine l’écart entre les taux et le fait que la hausse du taux directeur soit remise aux calendes grecques, le taux variable devient le produit souhaitable, le produit qui nous fasse économiser beaucoup d’argent, des sommes pouvant totaliser quelques milliers de dollars au bout du compte!

Source : http://www.lesaffaires.com/archives/les-affaires/et-si-les-taux-ne-montaient-pas-/563122#.UnloQflWxnM