À propos: Simon Lupien

Simon Lupien

Courtier hypothécaire, papa, entrepreneur, époux, investisseur immobilier, etc. L'ordre est aléatoire! J'ai à cœur chacun de mes clients. Je travaille pour eux. Pas pour la banque.

Billets récent par Simon Lupien

Le ratio prix/salaire

ratiosss.jng
Avec les incertitudes qui secouent le marché immobilier canadien ces temps-ci, il est intéressant de comparer les différents marchés. On sait tous, par exemple, que Montréal n’est pas Toronto ou Vancouver. Mais quel indicateur pourrait vraiment nous permettre de comparer différentes villes en tenant compte des différences? Le ratio prix/salaire.

Nous sommes tombé dernièrement sur un billet très intéressant sur le blogue de l’immobilier de La Presse comparant les principales villes du Canada. Il n’y a pas à dire, les différences sont importantes. Bien qu’on puisse voir un recul général des ventes, la moyenne des prix ne diminue vraiment qu’en Colombie-Britannique tandis qu’on enregistre encore de fortes augmentations de prix dans le sud de l’Ontario. Au Québec, le marché est équilibré et on ne constate pas de secousse.

La dernière colonne est stupéfiante. À Vancouver, le ratio prix/salaire est à 10,2, ce qui veut dire qu’une propriété se vend plus de 10 fois les revenus d’un ménage. Imaginons une famille gagnant 80 000$ vivant dans une maison de 800 000$! Montréal à 4,6 et Toronto à 6,8 se classent bien au-dessus de la moyenne. Mais quand on se compare, on se console!

Source :http://blogues.lapresse.ca/lapresseaffaires/immobilier/2012/11/16/le-fameux-ratio-prixsalaire/#comments

La Banque Scotia avale ING Direct!

Logo_banque_scotia
Après avoir vendu sa division américaine à Capital One en février dernier, le Groupe ING a vendu la Banque ING Canada à la Banque Scotia pour un montant de 3.13 milliards de dollars à la fin du mois d’août. La société mère d’ING a vécu de difficiles moments pendant la crise économique qui l’a forcé à se débarrasser de certaines de ses divisions.

La Banque Scotia s’est pour le moment engagée à maintenir en place la structure actuelle d’ING, de sorte que ses clients ne devraient pas y voir de différence marquante. Il reste que ce n’est jamais plaisir de voir l’offre diminuer. En tant qu’emprunteur, il est toujours plus agréable d’avoir le plus d’options possibles.

Rappelons aussi que le modèle d’ING, sans succursale physique, a véritablement marqué le pas dans la modernisation dans la manière que les gens ont de traiter avec leur banque. Il est véritablement fini le temps où on se présente sans rendez-vous pour voir son « gérant de caisse ». Dorénavant, la plupart des transactions se font en ligne, par téléphone ou avec votre courtier hypothécaire de l’Équipe Lupien!

Encore des changements sur les hypothèques!

gouvernement_canada_1
Il y a eu beaucoup de spéculation au cours des derniers mois au sujet des prêts hypothécaires mais le gouvernement fédéral avait conservé le statut-quo au moment du dernier budget. Plusieurs intervenants avaient exprimé leur désaccord face à une troisième modification aux règles concernant la garantie gouvernementale relative à l’assurance prêt hypothécaire. Pourtant le 21 juin, le gouvernement annonçait la mise en place de nouveaux paramètres concernant les prêts hypothécaires assurés par l’entremise de la SCHL, changement qui s’appliquait à partir du 9 juillet.

-Pour les prêts hypothécaires assurés par la SCHL pour les immeubles résidentiels d’un à quatre logements, le rapport prêt-valeur maximal pour le refinancement d’un  propriétaire occupant passe de 85% à 80%.
-La période d’amortissement maximale passera de 30 ans à 25 ans pour les prêts supérieurs à 80% de la valeur de la propriété.
-Le  prix d’achat maximal pour un achat assuré sera de 1 millions de dollars.
– Le rapport d’amortissement de la dette sera fixé à 39% pour les dettes d’habitation et de 44% pour les dettes totales.

Il va sans dire que si quelqu’un se réveillait d’une hibernation de 5 ans, il serait déboussolé par les changements apportés! De 40 ans, l’amortissement est descendu à 25 ans et d’un refinancement à 95%, il est désormais possible d’y aller seulement à 80%. Le but derrière ces changements est de diminuer l’endettement des ménages, et il est beaucoup plus facile pour un gouvernement de modifier ce qu’il contrôle, la SCHL, que de légiférer sur les taux d’intérêts sur les cartes de crédit par exemple, un fardeau beaucoup plus important pour les ménages. Mais ça, c’est un autre débat.
Bon été!

Des nouvelles du budget fédéral et de la Banque du Canada

banque_canada
Depuis le début de la crise financière que nous traversons, le gouvernement fédéral a resserré les règles hypothécaires trois fois. Les travailleurs autonomes, les propriétés à revenus, la mise de fonds minimum, le refinancement et l’amortissement, à peu près tout y a passé. Ces resserrements ont été apportés, paraît-il pour diminuer l’endettement des ménages en restreignant l’accès à la propriété et en freinant l’usage abusif du refinancement hypothécaire. Qu’on soit pour ou contre ces changements, toujours est-il que le marché de l’habitation canadien  a survécu à la secousse économique.

Plusieurs intervenants anticipaient des modifications mais le gouvernement conservateur en a décidé autrement en laissant plutôt le soin au marché de régler les problèmes d’endettements.

C’est bon signe si vous pensez acheter une propriété à revenus par exemple ou si vous voulez refinancer l’hypothèque de votre propriété pour éliminer quelques dettes et bénéficier des taux d’intérêt actuels.

Source : http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/immobilier-ottawa-ne-veut-plus-resserrer-les-regles-hypothecaires/542946

Du côté de la Banque du Canada

Bientôt, des signes sont à prévoir du côté de la Banque du Canada pour préparer l’ensemble du marché à une augmentation de son taux directeur. Le mot clé ici est même une normalisation du taux d’intérêt directeur. À 1%, ce taux est maintenu à ce faible seuil pour stimuler l’économie mais en raison de la croissance des derniers mois, la Banque du Canada cherchera petit peu à petit peu à l’augmenter.

Il reste encore un peu de temps à ceux qui ont une hypothèque à taux variable ou une marge de crédit hypothécaire pour bénéficier des bas taux actuels. Et c’est tant mieux!

Source : http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/201204/16/01-4515615-banque-du-canada-le-statu-quo-nen-a-plus-pour-longtemps.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS6

Les danger du surendettement

creditcard
Le surendettement n’est certainement pas le sujet le plus joyeux mais immanquable et essentiel ces temps-ci. Selon Statistique Canada, le taux d’endettement moyen des ménages canadiens a atteint le chiffre record de 152 % du revenu personnel disponible pour le troisième trimestre de 2011. Et la SCHL rappelait dans son Observateur du logement au Canada de 2011 que le taux d’endettement hypothécaire moyen des ménages se situait à 68 % et qu’il s’agit du même ratio qu’au cours des dix dernières années.

Que comprendre de ces données ?

Bien que le prix des propriétés ait augmenté au cours de la dernière décennie, il reste qu’en raison des bas taux d’intérêt disponibles, les ménages continuent de s’endetter. Surtout pour des biens de consommation. Il n’a jamais été aussi facile que maintenant d’acheter aujourd’hui et de payer plus tard, que ce soit pour une voiture, des meubles, etc.

Se trompe-t-on de cible ?

Le gouvernement fédéral songe à modifier les règles d’accession à la propriété. Il jongle avec l’idée d’augmenter la mise de fonds minimum à 7,5 % ainsi qu’à diminuer l’amortissement maximum  de 30 à 25 ans. L’argument? Faire payer moins d’intérêt aux propriétaires.
Nous pensons que la cible n’est pas la bonne. Le réel problème se trouve dans les taux d’intérêt des cartes de crédit ainsi que dans la facilité de se procurer des biens de consommation. Même si une propriété est un actif comportant des dépenses, cela reste un bien qui prend de la valeur avec le temps, tout le contraire d’une voiture ou d’une télévision à écran plat par exemple.
Pour réellement sauver des intérêts, mieux vaut refinancer ses dettes sur l’hypothèque de la maison et consacrer l’économie au remboursement hypothécaire ou à l’établissement d’une épargne en vue de la retraite.

Source:http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/canada/201112/30/01-4481825-lendettement-des-menages-preoccupe-la-schl.php

Plugin by Social Author Bio

Commentaires récents par Simon Lupien

    Aucun commentaire par Simon Lupien encore.