Archives mensuelle: novembre 2013

Un appel à la prudence

Nicolas Marceau

Le ministre des Finances Nicolas Marceau invite le gouvernement fédéral à la prudence quant au resserrement des règles hypothécaires. On se souvient que son homologue fédéral, Jim Flaherty, avait laissé entendre qu’il pourrait être tenté de calmer le marché avec une autre modification à ces fameuses règles. Rappelons que les règles ont été changées 4 fois au cours des dernières années, rabaissant entre autre les années d’amortissement et diminuant les ratios d’endettement pour les refinancements.

Le Canada est un vaste pays avec des marchés très différents et il est loin d’être évident qu’une politique pan-canadienne soit adéquate. Montréal n’est certainement pas Toronto et Vancouver, leurs réalités économiques sont totalement différentes, tout comme leurs marchés de l’habitations respectifs.

Une autre mesure pour freiner le marché pourrait, au contraire, le faire reculer au Québec. Il faut être très prudent présentement.

Via: http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2013/11/20131118-151728.html

Un autre resserrement dans le futur?

Jim Flaherty

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a mentionné lors de sa mise à jour économique mardi dernier qu’il serait prêt, à nouveau, à resserrer les règles sur les prêts hypothécaires.

Il faut dire que les derniers changements, en 2012, ont considérablement ralenti le marché, mais que les derniers mois ont vu une hausse des ventes et aussi, une hausse de prix.  Le ministre a laissé la porte ouverte à ces changements pour s’assurer qu’il n’y a pas de bulle immobilière.

Via: http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201311/13/01-4710051-flaherty-pret-a-resserrer-de-nouveau-les-regles-hypothecaires.php

Baisse de taux en Europe

bce

On sait à point l’économie est mondialisée et que nous vivons tous la même crise. Il est intéressant de noter la baisse du «taux de prêt marginal»  par la Banque Centrale Européenne sensiblement en même temps que chez nous, la Banque du Canada laisse entendre que son taux directeur ne baissera pas dans un avenir rapproché.

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/07/20002-20131107ARTFIG00634-baisse-surprise-des-taux-de-la-bce.php

ING Direct se transforme en Tangerine!

tangerine

Bon, elle était facile, mais c’est toujours le cas avec certains changements de nom d’entreprise, je pense à PFK au lieu de Poulet Frit Kentucky (on oublie le poulet!) ou à Résolu au lieu de AbitibiBowater (pour une entreprise en difficulté, il est important d’être résolu à réussir!) Notons aussi que la mode est au nom de fruit. Pour Tangerine, mieux vaut être Apple que Blackberry!

Plus sérieusement maintenant, rappelons-nous que ING Direct Canada a été acheté de sa société mère par la Banque Scotia qui l’a intégré à son groupe en conservant son modèle d’opération. À l’époque, j’avais émis mes réserves car il n’est jamais agréable de voir ce genre de consolidation dans un marché déjà mince en concurrent. Déjà, la Banque Scotia avait fermé le canal pour courtiers hypothécaires, empêchant notre clientèle d’accéder aux produits d’ING Direct.

Espérons que la suite ne soit pas trop amer et que Tangerine ne se transforme pas en citron!

 

Source: http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201311/05/01-4707445-la-banque-electronique-ing-direct-deviendra-tangerine.php

Et si les taux ne montaient pas?

11

J’ai lu la chronique de Bernard Mooney il y a quelques jours dans Les Affaires et j’ai été frappé par son réalisme. Tellement que j’emprunte son titre! D’ailleurs, je vous en conseille la lecture. Comme pratiquement tous les experts du milieu, je n’ai cessé d’appréhender une hausse des taux parce que ces taux, si bas et jamais vus dans l’histoire, ne pouvaient êtres qu’un épisode de courte durée. Mais l’économie n’est pas pleinement repartie. Voilà le joker imprévisible.

La Banque du Canada, dans son dernier exercice, a changé le ton de son message. Au lieu de préparer le terrain à une hausse future, elle a plutôt mentionné que sa politique monétaire stimule l’économie de manière efficace. On entend ici qu’une hausse du taux directeur pourrait affecter directement la relance souhaitée.

Des économies avec le taux variable!

J’ai envoyé une statistique plus tôt cette année expliquant que moins de 10% des hypothèques ont été prises à taux variable en 2013. Ces chiffres risquent de changer de beaucoup. Un contexte semblable est fort invitant pour les taux variables. Avec la montée des taux fixes qu’on a connue au début de l’été dernier, l’écart entre les deux types de taux est de pratiquement 1% maintenant. Cette différence est importante et elle peut justifier le fait d’y aller en variable. Si on combine l’écart entre les taux et le fait que la hausse du taux directeur soit remise aux calendes grecques, le taux variable devient le produit souhaitable, le produit qui nous fasse économiser beaucoup d’argent, des sommes pouvant totaliser quelques milliers de dollars au bout du compte!

Source : http://www.lesaffaires.com/archives/les-affaires/et-si-les-taux-ne-montaient-pas-/563122#.UnloQflWxnM